QUALITE DE VIE AU TRAVAIL

Une démarche innovante favorisant la performance économique

Il existe de nombreuses études universitaires, essentiellement nord-américaines qui ont montré qu’il existait une corrélation positive entre la proportion de salariés heureux et la performance. Ces études ont été menées par des universités prestigieuses comme le MIT ou Harvard.

L’ensemble des études menées sont concordantes et d’une extrême régularité. La bien-être au travaille est directement corrélé au niveau de la maladie et de l’absentéisme. Les constatations en terme de loyauté, de productivité et de créativité sont suffisamment importants pour affirmer que la démarche Q.V.T n’est pas « un truc » à la mode ou une nouvelle contrainte s’imposant aux entreprises.


L’ANACT, donne 6 facteurs clés déterminants à propos de la qualité de vie au travail :

  • les relations sociales et de travail,
  • le contenu du travail,
  • l’environnement physique de travail,
  • l’organisation du travail,
  • la réalisation et le développement professionnel,
  • la conciliation entre vie professionnelle et vie privée.

La promotion de la qualité de vie au travail passe par le postulat et les actions suivantes :

  • « Un choix de société, qui implique les salariés et les dirigeants des entreprises, les partenaires sociaux, l’État et les collectivités territoriales à tous les niveaux.
  • Analyser, comprendre le travail et agir pour le transformer.
  • Encourager toutes les initiatives qui contribuent au développement des compétences, à l’évolution professionnelle et au bien-être au travail
  • Agir pour que le travail favorise l’épanouissement physique, psychique et intellectuel des individus.
  • Faire que le travail soit un espace d’intégration y compris pour les moins aptes et les plus fragiles, et un espace de justice sociale.
  • Faire que chacun trouve sa place au travail et que le travail garde sa place parmi les autres activités humaines. »

Quelques pistes pour améliorer la qualité de vie au travail

  • La qualité des locaux : en rendant les espaces fonctionnels et agréables à vivre, en se dotant d’équipements adaptés facilitant le travail.
  • La qualité des relations : pour valoriser l’humain et sa place dans l’organisation par une reconnaissance du travail réalisé, en faisant d’un sens de l’écoute et du dialogue.
  • La qualité du travail : du degré de responsabilité à la variété des tâches proposées, sans oublier l’autonomie transférée, le « boulot » doit, dans la mesure du possible, correspondre aux attentes de chacun pour ne pas être perçu comme monotone.
  • La qualité de l’organisation : les salariés compte sur l’entreprise pour traiter les questions de pénibilité, anticiper la charge de travail de chacun, et insuffler une volonté de progrès.

Pour les entreprises qui souhaitent s’attaquer à la question du bien-être, il est conseillé d’adopter une démarche sincère, autrement dit, pas uniquement motivée par l’amélioration de la productivité et d’être accompagné par des spécialistes. Les actions devront sans doute être engagées sur le long terme pour devenir des habitudes pouvant porter leurs fruits dans la durée.

Il est nécessaire de repenser le management car souvent, le principal levier de la Q.V.T est une remise à plat de la formation des managers. Ce sont eux qui sont, en effet, en première ligne et qui vont être à l’origine du marqueur bien-être.


Les intervenants KARBON 13 ont suivi la formation ANACT.
Ils sont aptes et expérimentés sur la conduite de la démarche Q.V.T
 

CONTACTEZ NOUS

>

Références

Top