Les types de leadership

Qu’est-ce que le leadership ?

Le leadership a donné lieu à une multitude d’études, essentiellement au XXeme siecle, intéressant les psychologues, à grand renfort d’outils et de théories distinctes. Pour Stogdill, 1974, du « fait d’initier et de maintenir la structure tout en interagissant vers un but ». Pour Daft & Paulus, 1994, un « processus qui permet de donner un sens à ce qu’accomplissent les individus ensemble ».
Au départ considéré comme la qualité d’un chef lié principalement à son charisme et à sa personnalité, il est désormais perçu comme une compétence acquise par l’expérience et la variété des situations.
La meilleure définition se résume en trois mots : Influence, confiance, but. Le leader exerce une influence, instaure la confiance, et fait adhérer le groupe à un but commun.

Quels sont les différents types de leader ?

Face à la grande masse des théories existantes, nous choisissons délibérement de nous intéresser au « leadeship situationnel » développé par Hersey & Blanchard (1969). Dans ce modèle sont définis 4 typologies de leaders : Directif, Persuasif, Participatif et Délégatif.

Le leader directif structure une équipe. Très présent, il organise et contrôle tout. Le leader directif structure les processus de travail et définit les méthodes.
Le leader persuasif mobilise l’équipe. Expliquant beaucoup, il met en valeur les objectifs est pédagogue et persuade pour faire adhérer.
Le leader participatif associe l’équipe. Ecoutant beaucoup, il suscite le travail en commun. Le leader participatif est attaché à la bonne qualité des relations entre les personnes.
Le leader délégatif, enfin, s’attache à la reflexion collective. Il donne une grande liberté de manœuvre à l’équipe. Moins présent, il fait confiance et encourage les initiatives.

En quoi est-ce utile de connaître les types de leadership?

L’intérêt du leadership situationnel de Hersey & Blanchard est de s’être intéressé à l’équipe elle-même. Les différents types de leadership ne peuvent être efficacement figées car ils dépendent de la « maturité » de l’équipe. Une équipe nouvellement créée est différente d’une équipe rôdée de longue date. C’est au leader d’évaluer ce degré de maturité de l’équipe afin d’adapter son style de leadership à la situation dans l’objectif d’en tirer le meilleur.

Comment faire ?

Tout va, selon cette théorie, dépendre du degré de maturité de l’équipe.

Lorsque les collaborateurs sont peu expérimentés ou nouvellement arrivés, le mode de leadership le plus adapté est le mode directif, afin de mettre en place l’organisation et les règles de fonctionnement. Ce mode ne peut fonctionner que de façon temporaire.
Lorsque le groupe est confronté à une difficulté à s’exprimer ou quand les collaborateurs ont besoin d’être rassurés et encouragés, le mode le plus adapté est le mode persuasif. Ce mode permet de créer un groupe et de l’unir dans une grande sincérité du leader.
Lorsque l’équipe est expérimentée et la prise de décision partagée, le mode le plus adapté est le mode Participatif. Le leader s ‘attache aux relations humaines, écoute, aide et implique chacun. Ce mode, en ce qu’il s’attache avant tout aux relations entre les personnes, permet de prendre en compte tant les intér^ts des collaborateurs que les intérêts de l’entreprise.
Lorsqu’enfin, les collaborateurs font déjà preuve d’un grand savoir-faire technique et relationnel, le mode délégatif est le plus adapté. Dans ce mode, le leader est à la fois disponible et en retrait. L’équipe est soudée, les collaborateurs sont libres des moyens et méthodes. Les initiatives sont encouragées. Ce mode est d’une très grande efficacité avec une équipe soudée, disponible, créative et performante.

Quels sont les conséquences ?

Le mauvais calibrage de la maturité d’une équipe court-circuite son évolution. Se tromper de style, face à une équipe, conduit à une chute de sa performance, à une dégradation de la motivation et de la qualité de vie des collaborateurs. Les conséquences en seront la chute des résultats, l’absentéisme, la baisse de la qualité et dans certains cas, conduire à des risques psycho-sociaux et des accidents du travail.
En revanche, lorsque le manager a pris conscience de l’importance du leadership, il est en mesure de gérer une équipe très performante, créative, dans une ambiance de travail apaisée.

René HYS
Formateur expert en management – Coach certifié et diplômé
Karbon 13 – https://www.karbon13.fr/types-de-leader

Top